Accueil >> Paroles d'experts >> « Provoquer le big bang de l’efficacité énergétique. » – Emmanuel François, président de Smart Buildings Alliance
Emmanuel François, président de Smart Buildings Alliance (SBA).

« Provoquer le big bang de l’efficacité énergétique. » – Emmanuel François, président de Smart Buildings Alliance

Emmanuel François, président de Smart Buildings Alliance (SBA).

Qu’on le veuille ou non, le numérique change nos modes de vie et d’action. Il n’est pas possible de revenir en arrière. Il faut intégrer le numérique et cela impose de repenser les lieux où nous vivons – villes et bâtiments. Avec deux impératifs : que nos actions soient durables pour la planète, ce qui implique une meilleure optimisation de l’utilisation des espaces et des biens, et que cela apporte une réponse aux problèmes de société, notamment les disparités sociales qui vont grandissantes et qui ne sont pas viables à terme.
Cela sera possible en facilitant le passage d’une économie de stock à une économie de flux et en apportant des services à l’usage : un plus grand nombre de services à un plus grand nombre de personnes et à moindre coût. Mais cela ne sera possible qu’avec une mutualisation et des infrastructures numériques communes au bâtiment et au territoire. C’est complexe car technique, mais il faut commencer par là avant de déployer des services. La technologie est le préalable. Amener la connectivité au plus près des besoins, que ce soit la fibre optique ou la 5G et, ensuite, tout ce qui va autour : connectivité, raccord, passerelle de communication ou nœuds de réseaux.
L’étape suivante est la sécurisation des données, celles-ci doivent rester à l’échelle du bâtiment ou de la ville.
À la SBA, nous parlons d’operating system, à l’instar de celui dans un ordinateur. Cet operating system et ce nœud de réseaux sont essentiels pour gérer les données localement. Cela concerne non pas un service, mais tous les services. D’où notre ambition de big bang de l’efficacité énergétique. Nous nous appuyons sur le déploiement de systèmes d’économies d’énergie ouverts et interopérables, pour mettre en place les infrastructures. Sachant que ce sont les économies d’énergie sur une période donnée qui vont permettre de financer ces infrastructures.
C’est un bon moyen de financement, nous sommes sûrs de générer des économies et d’avoir un retour sur investissement sur trois à sept ans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *