Accueil >> Bâtiment digital >> Les artisans sur la voie de la numérisation
Les artisans sur la voie de la numérisation

Les artisans sur la voie de la numérisation

Le BIM demain dans les entreprises artisanales et PME du BTP ? Pas si simple.
Logiciels coûteux, prise en main délicate des outils, manque de temps et de formation. Difficile parfois pour les artisans de sauter dans le train de la numérisation.

La révolution du BIM (Building Information Modeling) est en marche, avec la double promesse de construire mieux et de réduire les coûts. Tous les grands acteurs du BTP lancent des projets pilotes à grand renfort de communication. Selon le rapport d’étape de mars 2017 du Plan transition numérique dans le bâtiment (PTNB), 35% des professionnels du secteur utilisent le BIM dans leur activité. les entreprises artisanales et PME du BTP n’y échapperont pas et doivent désormais penser à s’équiper, se former et transformer leur parc informatique de façon à profiter de l’essor et des avantages liés au BIM.

Usages des outils BIM

Pour l’artisan, les outils BIM facilitent la compréhension et l’appropriation du projet dans son ensemble, grâce aux vues 3D ou encore aux possibilités de zoom. Dès la phase d’étude de prix, il devient possible d’identifier les lots, les produits, et de récupérer automatiquement les quantitatifs. Ils permettent également, tout au long du projet, la collaboration et le partage d’informations entre entreprises et avec la maîtrise d’œuvre – s’il y en a une –, tout en facilitant la détection des problèmes et leur traitement le plus en amont possible.

Visionneuses et plate-forme Web

Ainsi de nombreuses visionneuses BIM gratuites (Tekla BIM Insight, Solibri, BIM Vision…) sont désormais disponibles et permettent de lire, voire de récupérer, les informations depuis une maquette numérique 3D. Sur l’intégralité du processus de construction, les équipes peuvent combiner leurs modèles, vérifier les conflits et partager des informations ou des notes à partir d’un même  environnement BIM, lequel est relativement simple à utiliser. Gratuit, ce logiciel est déjà utilisé par plus de 150 000 professionnels du secteur de la construction à travers 160 pays.

Tekla BIMsight est un outil professionnel destiné à la collaboration dans le cadre des projets de construction – ici, visionner les différents étages d’un bâtiment. Photo : Tekla
Solibri Model Viewer assure le partage et la navigation au sein de la maquette numérique. Photo : Solibri

Application Web publique et gratuite Kroqi.fr

L’État s’implique également dans le déploiement du BIM. En mars dernier, Julien
Denormandie, l’ex-secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, a présenté la plate-forme collaborative d’échanges Kroqi.fr, lors du salon BIM World. Conçue au sein du PTNB, cette application Web publique et gratuite offre la possibilité aux professionnels, tout particulièrement aux artisans, de travailler ensemble autour de la maquette numérique. Son développement, confié au CSTB, est piloté par les organisations représentatives et les acteurs de la construction. En impliquant les professionnels, l’objectif est bien sûr de faciliter la réalisation d’un outil sur mesure adapté aux préoccupations quotidiennes rencontrées sur les chantiers, mais aussi d’accompagner les entreprises dans le changement méthodologique nécessaire à une bonne prise en main du BIM. Kroqi offre d’ores et déjà plusieurs fonctionnalités et services BIM : un viewer (eveBIM du CSTB), un contrôleur automatique et paramétrable des maquettes et un extracteur de quantités physiques.

Gestion des dossiers du projet avec Kroqi, plate-forme BIM en ligne gratuite. Photo : Kroqi
BIM Vision visualise les modèles BIM créés au format IFC. Photo : BIMVision

Outils commerciaux

De même, les logiciels BIM payants ne manquent pas. Ils autorisent la création et la mise à jour des maquettes numériques, de la phase de conception jusqu’à la phase de maintenance du projet. Ces outils commerciaux, bien que très complets, imposent un investissement conséquent et une formation adéquate ; ils ne sont donc pas toujours facilement déployables dans les TPE et PME. Trois acteurs se distinguent sur le marché : Autodesk et son logiciel Revit, Allplan et son service bim+, Abvent et son application Archicad. Très utilisé chez les professionnels, Revit intègre des fonctions de comparaison et de détection de collision. Il dispose aussi d’un outil dédié au BIM manager. Notons que les logiciels commerciaux nécessitent des ordinateurs récents et très performants.

Philippe Cluzeau

Visualisation d’un projet BIM dans le logiciel EveBIM permettant l’analyse et la lecture de données d’un bâtiment. Photo : CSTB
eveBIM, un viewer gratuit de maquette numérique à la fois collaboratif, ouvert et interopérable avec les différents acteurs d’un projet. Photo : CSTB
Photo : Capeb

Avis d’expert

David Morales, en charge du numérique et du BIM à la Capeb

« Kroqi, développée par le CSTB, nous semble l’outil idéal pour les PME et TPE. »

« Les TPE/PME se mettent en ordre de marche pour le BIM, mais son développement chez les artisans est encore lent car le marché y est très peu développé, voire pas du tout. Par ailleurs, les outils existants, tels que Revit ou Archicad, sont surtout orientés conception, alors que l’activité des TPE et PME intéresse davantage la phase de construction. À la Capeb, nous avons lancé une période d’exploration et de sensibilisation, l’objectif étant de démythifier le BIM. Une vidéo le présentant est d’ailleurs disponible sur notre site capeb.fr. Nous avons également participé aux travaux du PTNB (Plan de transition du numérique dans le bâtiment) et nous nous sommes associés à l’ADNC (Association pour le développement du numérique dans la construction). Notre rôle en tant qu’organisation professionnelle est de faire monter en compétences nos adhérents sur le sujet. Nous concevons actuellement des référentiels de formations adaptés aux différents corps d’état du BTP. De notre point de vue, le BIM signifie avant tout travailler ensemble et collaborer avec les autres. C’est pourquoi la plate-forme Kroqi développée par le CSTB nous semble l’outil idéal pour les PME et TPE. Le message à nos adhérents est clair : “ allez-y ! Commencez à regarder des maquettes numériques grâce à Kroqi. Tentez d’y récupérer des données !“ À mon sens, le déploiement du BIM doit suivre celui de la charte d’engagement “Objectif BIM 2022”. D’ici là, nous aurons embarqué un grand nombre d’entreprises et d’acteurs de la construction dans cette démarche. »

Vidéo présentant le BIM : Capeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *