Accueil >> Actualités >> Le CNRS et le CSTB s’associent pour le bâtiment et la ville

Le CNRS et le CSTB s’associent pour le bâtiment et la ville

Antoine Petit, Président-directeur Général du CNRS et Etienne Crépon, Président du CSTB, ont signé un accord-cadre de recherche. Les deux organismes associent leur expertise, compétences et savoir-faire autour de trois thématiques fondamentales pour anticiper le bâtiment et la ville de demain : l’ingénierie, le numérique et les sciences humaines et sociales. Engagé pour une durée de 5 ans, le partenariat signé par le CNRS et le CSTB portera sur trois thématiques-clés et complémentaires pour le bâtiment et la ville :

  • Les Sciences de l’ingénierie et des systèmes, en particulier les questions liées à l’énergie et la rénovation durable, dans la continuité des collaborations ponctuelles ayant déjà réuni les équipes du CNRS et du CSTB ;
  • Les Sciences du numérique, plus spécifiquement autour de l’intelligence artificielle, la modélisation 3D, les objets connectés, la sécurité numérique, etc. L’objectif sera ainsi de développer de nouveaux outils et approches, adaptés à des besoins en pleine mutation ;
  • Les Sciences humaines et sociales, notamment en lien avec l’évolution des pratiques et besoins des usagers. Intégrer cette préoccupation, dès la phase conception des ouvrages, est en effet un enjeu majeur pour le CSTB, et plus largement pour le bâtiment et la ville de demain qui imposent une vision nouvelle, associant technique et usages. (Ainsi par exemple, dans le domaine de l’énergie, concevoir des bâtiments effectivement moins énergivores ne peut se faire sans une parfaite connaissance et une compréhension précise du rapport des habitants à leurs consommations.)

Les travaux engagés dans le cadre de ce partenariat pourront prendre différentes formes :

  • collaborations de recherche à objectifs partagés ;
  • échanges d’informations pour faire avancer le débat technique et le dialogue scientifique et promouvoir l’innovation ;
  • organisations communes de conférences, séminaires et colloques ;
  • lancements d’appels à projets communs de type « Projets exploratoires premier soutien » (PEPS) ;
  • actions de recherche et de développement technologique prenant la forme d’un Groupement de recherche (GDR) ; etc.