Accueil >> Actualités >> La reprise pour le neuf mais pas pour l’amélioration-entretien

La reprise pour le neuf mais pas pour l’amélioration-entretien

Le dernier point d’activité de la Fédération française du bâtiment souligne l’amorce d’une reprise d’activité dans le Bâtiment mais seulement pour la construction neuve. Les ventes de logements neufs ont connu une vive accélération en 2015 et sur le début 2016 : + 13 % pour les constructeurs de maisons individuelles et + 18 % du côté des promoteurs. Le marché de l’amélioration-entretien, quant à lui, reste atone. Ni l’essor des ventes dans l’ancien, ni les mesures en faveur de la transition énergétique ne parviennent à véritablement redynamiser le marché. La baisse du coût de l’énergie pèse négativement et lourdement sur les besoins en travaux de rénovation énergétique !

Plusieurs facteurs doivent être réunis pour conforter la reprise dans les mois qui viennent. Il importe de ne pas casser ce qui marche. Qu’il s’agisse du dispositif « Pinel », du PTZ renouvelé de 2016, de l’éco-prêt à taux zéro ou du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), ainsi que la possibilité de les cumuler, ou bien encore du programme « Habiter mieux », ces mesures participent toutes, et parfois fortement pour le logement neuf, à l’amélioration relevée. Dans le champ de l’amélioration-entretien, il importe aussi de résister à la tentation de l’obligation « sèche » de travaux qui ne pourra, en aucune façon, remplacer l’incitation, d’autant moins d’ailleurs que les prix de l’énergie restent bas. Compte tenu des trésoreries souvent exsangues des entreprises de bâtiment et du cycle habituel de production, il n’y aura pas de véritable reprise sans partage concomitant du risque. Il s’avère donc indispensable que toute la filière en prenne sa part : les entreprises, certes, mais aussi les banques, les assureurs-crédit et les fournisseurs.

Au-delà de cet aspect macro-économique, la prise de conscience de la fracture ou des fractures territoriales qui traversent notre pays implique d’ouvrir les yeux et de veiller à répondre aux besoins sur l’ensemble du territoire, en zone tendue mais aussi en zone moins tendue. Pour ce qui concerne le bâtiment, tel sera l’objet du 5ème Sommet de la construction organisé par la FFB le 19 mai.