Accueil >> Actualités >> La Chapelle Sixtine est sous haute surveillance

La Chapelle Sixtine est sous haute surveillance

Depuis quelques années, les restaurateurs du Vatican ont constaté la présence d’une quantité élevée de particules qui se déposent sur les parois et les plafonds de la Chapelle Sixtine. Or, ces poussières ont la fâcheuse tendance, en présence de dioxyde de carbone et dans des conditions d’humidité et de température favorables, de provoquer des réactions chimiques à la surface des fresques et de les détériorer. Cette pollution a augmenté après la mise en place, en 1993, d’un système de climatisation installé suite à la restauration de la fresque du Jugement Dernier. Face à la croissance impressionnante du nombre de visiteurs, il est apparu nécessaire de modifier les systèmes d’aération en ayant en main des observations précises du microclimat et de l’atmosphère de la Chapelle. En mai 2011, le lieu a donc été équipé de 36 capteurs tubulaires noirs, destinés à recueillir en permanence les données : température, humidité, nature chimique des particules, gaz carbonique, vitesse et direction des courants d’air. Des caméras thermiques posées aux entrées permettent de connaitre le flux de visiteurs et de comparer l’influence du nombre de personnes sur les taux de CO2. Pour les autorités vaticanes, il n’est pas question d’instaurer des quotas de visites de ce chef-d’œuvre de la Renaissance. Les milliers de résultats des études menées actuellement vont servir à concevoir un nouveau système qui répondra aux besoins de climatisation et de filtration des gaz et des particules, afin que cette pollution soit définitivement éradiquée. Source : L’Osservatore Romano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *