Accueil >> Actualités >> Joux-la-Ville a reçu le prix Fondation du Patrimoine-Aléonard

Joux-la-Ville a reçu le prix Fondation du Patrimoine-Aléonard

La préservation des savoir-faire et la promotion des matériaux traditionnels fait partie des priorités de la Fondation du Patrimoine. Elle a ainsi créé, dans le cadre du Club des Partenaires, le prix Fondation du Patrimoine-Aléonard, concours annuel organisé en partenariat avec la Tuilerie Aléonard, acteur renommé dans la restauration des toitures en tuiles labellisées Monument historique. Doté d’un montant de 5 000 », il offre chaque année l’opportunité aux porteurs de projets publics et associatifs de présenter leur candidature pour des projets de restauration d’édifices , protégés ou non au titre des Monuments historiques, dont la toiture a été entièrement restaurée avec des tuiles Aléonard.
La commune de Joux-la-Ville, basée dans l’Yonne en Bourgogne, a été primée le 23 novembre 2011, lors du Salon des Maires et des Collectivités locales, en vertu de la restauration exemplaire de la toiture de l’église Notre-Dame, qui souffrait de graves désordres de charpente et de toiture.
Cette église a été construite au XVème siècle et a été agrandie, au début du siècle suivant, par la construction d’un collatéral de cinq travées au nord des deux vaisseaux de l’église primitive, et l’adjonction d’un nouveau choeur de deux travées plus déambulatoires sur cette nouvelle largeur tripartite.
L’église est protégée dans son ensemble au titre des Monuments historiques depuis 1908. Ce classement d’avant-guerre précise un intérêt ancien porté sur ce monument, tant du point de vue artistique que proprement historique.
L’église, située au centre de la commune, possède un environnement préservé et des abords soigneusement entretenus.
Quatre types de couvertures sont observables, tant au niveau des matériaux que de leur mise en oeuvre, sur l’ensemble des combles de l’église.
Ce sont :
– des tuiles plates qui couvrent la nef et les bas-côtés du XVème siècle, ainsi que sur l’ensemble du choeur (sanctuaire, déambulatoire, abside) du XVIème siècle ;
– des ardoises d’Angers uniquement sur le clocher ;
– des laves de calcaire qui recouvrent désormais la sacristie ;
– des dalles de calcaire appareillées qui sont posées sur la tourelle contenant l’escalier à vis.
L’ensemble des différentes couvertures présentait des traces d’usure, dont l’importance variait en fonction de l’âge et de l’exposition des surfaces et pans de toiture.
Des sondages et un travail sur les archives locales, effectués par Bruno Decaris, architecte en chef des Monuments historiques en charge du projet, ont pu montrer que la toiture était à l’origine composée d’une nef en tuiles plates de Bourgogne et de bas- cotés en lave. C’est en 1937 que la toiture fut entièrement recouverte en tuiles et un changement de pente réalisé pour accueillir sur les bas-côtés ce nouveau matériau.
En 2003, Bruno Decaris, par cette étude, a démontré l’urgence à effectuer des travaux : les toitures étaient dans un état de précarité avancé, d’autant que les tuiles, très anciennes et sûrement poreuses avaient tendance à se casser ; beaucoup d’entre elles étaient d’ailleurs manquantes.
De manière générale, le bâtiment souffrait de graves désordres de charpente et de toitures, qui commençaient à mettre en péril l’édifice lui-même.
Les travaux engagés, à partir de 2004, sur plusieurs tranches, ont constitué à reprendre en totalité la charpente (changement des pièces principales des entrées, remplacement des chevrons et autres pièces de bois, reprise totale des arcs de décharge maçonnés, recalage des pierres d’encorbellement et changement de toutes les tuiles).
A noter que les anciennes tuiles ont été récupérées et offertes à une association locale qui se dédie au patrimoine rural.
le prix Fondation du Patrimoine-Aléonard permettra à la commune de poursuivre ses efforts en faveur de la restauration du patrimoine communal, en restaurant la grange d’Oudun, très bel ensemble cistercien, qui fait l’objet d’une campagne de mécénat populaire et qui, à terme, a vocation à devenir un espace dédié à accueillir des expositions temporaires et un lieu d’information sur les énergies renouvelables et les économies d’énergie.

Voir aussi

La piscine du Havre, construite en 1937, est restaurée

Construite en 1937 sur les plans d’André Lenoble, la piscine du Havre possède une architecture …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *