Accueil >> Actualités >> ISOVER renforce son engagement pour l’économie circulaire avec ISOVER Recycling

ISOVER renforce son engagement pour l’économie circulaire avec ISOVER Recycling

ISOVER a créé il y a plus de 23 ans son propre centre de revalorisation de rebuts de laine de verre issus de son site industriel d’Orange. Récemment, ce centre de revalorisation a évolué pour pouvoir également traiter les déchets de laines de verre provenant des chantiers de déconstruction et de rénovation et les transformer en calcin qui est ensuite réinjecté dans le processus de fabrication de nouvelles laines de verre. Ce procédé industriel unique permet à ISOVER d’avoir une part importante de matière recyclée dans ses produits, qui s’élève a minima à 40 % et peut atteindre jusqu’à 80 % dans certaines usines.

La marque travaille très activement à augmenter la part de matériaux recyclés dans ses produits, avec l’objectif de la faire passer de 40 % en 2020 à 80 % à l’horizon 2030. La laine de verre issue de la déconstruction des bâtiments représente 75 000 t/an. Ce tonnage équivaut à des volumes très conséquents qui finissent, dans la plupart des cas enfouis sous terre. Avec la rénovation des bâtiments des années 70 et 80, on estime que la quantité de déchets de laine de verre va doubler d’ici 2030. Dans ce contexte, ISOVER a lancé son service de collecte et de recyclage, ISOVER Recycling dont l’objectif est d’éviter les enfouissements de laine de verre et favoriser leur recyclage. Cette démarche d’éco-conception est l’un des piliers de la politique engagée par ISOVER afin de réduire les déchets et de préserver les ressources naturelles. Développé avec des partenariats entre la marque et différents professionnels du secteur du recyclage (collecteurs, syndicats) et des entreprises de curage, ISOVER Recycling s’adresse autant aux marchés diffus qu’aux grands chantiers de rénovation. La démarche répond par anticipation aux enjeux de collecte des déchets de la laine de verre qui représentera plus de 150 000 tonnes par an à l’horizon 2030. Un gisement qui pourrait encore augmenter avec le plan de rénovation énergétique des bâtiments.