Accueil >> Actualités >> Chantier de construction et archéologie préventive : un bel exemple d’adaptation

Chantier de construction et archéologie préventive : un bel exemple d’adaptation

Lors des travaux de nettoyage d’une parcelle, avant la construction d’un magasin de mode et d’ameublement, rue de la Courtine à Limoges, la découverte d’os humains a été signalée au service régional de l’archéologie. Le préfet de région a décidé d’arrêter le chantier et de mettre en œuvre une fouille d’office, en application de l’article 531-9 du Code du Patrimoine. Les recherches archéologiques se sont achevées le 24 août dernier. Face à cette découverte archéologique majeure, la conservation de ce mausolée et de ses annexes a été actée par l’aménageur et la DRAC Limousin. La totalité des sépultures a pu être fouillée (plus de 200 tombes pour près de 300 individus) ; les squelettes, les sarcophages et les tombes en brique ont tous été prélevés pour les études ultérieures. Le principe d’une modification du projet a pu être discuté au cours de plusieurs rencontres entre la DRAC, la ville de Limoges et le maître d’ouvrage. Il a été retenu un projet qui permettrait non seulement la conservation des vestiges du mausolée, mais aussi des caves, et offrirait une visibilité partielle depuis l’espace public. Dans cet aménagement, le sous sol du nouveau bâtiment sera entièrement dévolu à la conservation des vestiges et accessible aux chercheurs, et dans certaines conditions, au public. Le permis de construire initial déjà accordé sera modifié en conséquence. Le mausolée a fait l’objet le 2 août 2012 d’une décision ministérielle d’instance de classement monument historique, ce qui a pour conséquence de le mettre pendant un an sous le régime des monuments classés. Pendant ce délai, la procédure ordinaire (avis de la commission régionale du patrimoine et des sites et avis de la commission nationale des monuments historiques) sera mise en œuvre pour un classement définitif. Les modifications de façades du nouveau bâtiment liées à la conservation des vestiges et leur future valorisation, seront soumises à l’avis conforme de l’architecte des bâtiments de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *