Accueil >> Actualités >> CEE : des changements inadmissibles pour les professionnels

CEE : des changements inadmissibles pour les professionnels

La Direction de l’Énergie et du Climat vient de faire parvenir les projets de texte pour l’avenir du dispositif CEE, moteur principal du secteur de la rénovation énergétique. Les coups de pouce pour les actions d’isolation concernant les planchers, les combles devraient disparaitre dès la fin juin 2021, le remplacement des chaudières gaz et des convecteurs électriques, en décembre 2021. Les bonifications destinées aux ménages très modestes et modestes devraient être limitées à hauteur de 25% du total du dispositif (soit 5 milliards d’euros sur les 20 milliards attribués aux actions de CEE). En 5 mois, les professionnels que sont les artisans, installateurs, distributeurs de la filière de la rénovation énergétique ne peuvent pas s’organiser pour mettre en place une massification des offres dédiées à la rénovation globale (formation, qualification…) et transformer leur modèle économique actuel. Ce sont près de 10 000 emplois directs et 40 000 emplois indirects qui sont menacés. Ce sont aussi 200 M€ d’investissements de la filière rendus infructueux et 1,3 Milliard €/an de perte de chiffre d’affaires sans tenir compte du changement de modèle économique qu’il a fallu mettre en place pour les coups de pouce. Ce coup d’arrêt impactera près de 32% des CEE délivrés sur la dernière période. Le Syndicat de la rénovation énergétique Symbiote qui représente plus de 100 entreprises d’isolation et de chauffage ainsi que des distributeurs et des industriels souhaite proposer (indépendamment du niveau d’objectif de la Période P5) un report au 31 Décembre 2022 de l’arrêt des coups de pouce pour structurer la filière professionnelle (modèle économique, formation, offres…)  à l’ approche de la rénovation énergétique globale. Il proposer et travaille à une solution alternative équivalente au coup de pouce dans un souci de maintien des objectifs d’économies d’énergie, de massification de la rénovation énergétique et de la conservation des emplois ruraux et régionaux. Il faudrait réintégrer les travaux combles et planchers dans MaPrimeRénov pour accélérer la massification des rénovations globales permettant ainsi de réaliser au plus vite les objectifs gouvernementaux de rénovation du parc immobilier français.