Accueil >> Actualités >> Un écoquartier dans le Grand Paris
écoquartier

Un écoquartier dans le Grand Paris

Les opérations de construction de l’écoquartier Camille-Claudel à Palaiseau commenceront au cours du dernier trimestre 2012, pour une livraison des bâtiments à l’horizon 2014. Ce projet a été pensé de façon durable via un atelier public d’urbanisme et conçu avec 68 habitants qui ont été formés à quelques notions techniques et d’urbanisme. Ils ont travaillé depuis 2008, dans un dialogue permanent avec les experts du bâtiment et les élus. L’objectif étant d’accroître le parc immobilier sur le territoire  en gardant le  développement durable au coeur de leur préoccupation. Ils ont prévu la construction de bâtiments basse consommation (BBC), une chaufferie à bois et un réseau de chaleur, la gestion raisonnée de l’eau, la limitation de l’usage de l’automobile par la présence de liaisons de circulations douces ou de services de proximité. Le projet respectera aussi le cadre naturel et historique en insérant harmonieusement la forêt et une ferme ancienne. La règle des trois tiers sera appliquée à ses 2000 logements : un tiers de logements sociaux, un tiers de locatif libre et un tiers de logements en accession à la propriété.
La gestion des eaux pluviales
Les eaux pluviales provenant des voiries, donc chargées d’éléments polluants, seront collectées et traitées grâce à des noues filtrantes (bras de terre grasse et marécageuse), afin d’être réinsérées dans les sols. Des plantes rustiques, résistantes aux variations d’humidité, y seront plantées, découpant le quartier en petits îlots. Les eaux provenant des toitures, moins polluées que les eaux de ruissellement, seront collectées dans des cuves et canalisations, puis utilisées pour l’arrosage des espaces verts ou envoyées vers des noues de stockage. Les excédents en eaux pluviales alimenteront la rigole des Granges réhabilitée. Ces systèmes de récupération permettront de limiter leur ruissellement vers la vallée.
La consommation énergétique
Tous les bâtiments sont labellisés BBC, construits selon les normes de haute qualité environnementale. La production de chaleur pour les logements (chauffage et eau sanitaire) et le centre aquatique est assurée par une chaufferie à bois. Un réseau de chaleur alimentera les radiateurs des logements. L’approvisionnement en bois se fera à moins de trente kilomètres du quartier. La moitié des besoins en eau chaude du centre aquatique sera par ailleurs assurée par des panneaux solaires.
Une conciergerie
Une conciergerie située au coeur du quartier proposera aux habitants des services tels que la réception des courses ou de colis, l’envoi de vêtements au pressing, la recherche d’un baby-sitter, d’un plombier, etc. Proposition du groupement d’architectes et de constructeurs mandaté par Scientipôle Aménagement, la conciergerie répond à plusieurs exigences formulées en atelier public d’urbanisme : la limitation de l’usage de la voiture (les allersretours de chaque habitant chez le teinturier pouvant être remplacés par un voyage du concierge) et le soutien à l’économie locale (la conciergerie aura recours à des commerces et des employés locaux).
Un quartier ouvert par les liaisons et les transports
Un maillage sera développé et raccordé au réseau existant de pistes cyclables. Grâce au passage du site propre pour transports en commun, le quartier est situé à six minutes de la gare TGV de Massy. Deux lignes Mobicaps mises en service en 2011 le traversent déjà. û terme, le quartier sera desservi par une station du futur moyen de transport léger prévu dans le cadre de l’aménagement du Grand Paris. Si la diversité de l’offre de transports, la proximité des gares et la présence de services et de commerces permettront de limiter l’usage de la voiture, celle-ci ne sera pas exclue du quartier puisqu’elle reste un moyen de connecter les habitants du plateau avec le reste de la région. Des places de stationnement sont prévues en sous-sol ou au rez-de-chaussée des logements.
Un quartier ouvert au paysage
Par la diversité des hauteurs des bâtiments, les architectes ont veillé au regard porté par les habitants de leur domicile», précise Marc Rozenblat, directeur de Constructions et développements urbains, le groupement de constructeurs missionné sur ce projet. Les logements les plus éloignés de la forêt sont plus hauts, ce qui rend les arbres visibles depuis ces habitations. Les ouvertures sur les panoramas, parfois jusqu’à la Tour Eiffel, seront optimisées.

L’écoquartier Camille-Claudel sur le site de la ville de Palaiseau

Voir aussi

Ecoquartier mode d'emploi

Ecoquartier : mode d’emploi

La création d’écoquartiers est une des conclusions du Grenelle de l’environnement. Le constat de la …