Accueil >> Actualités >> RT 2012 : quels impacts sur les logements ?
bâtiment

RT 2012 : quels impacts sur les logements ?

En 2010, les membres de l’association Promotelec ont souhaité connaître l’impact de la réglementation 2012 sur le secteur de la construction. Quels seront les nouveaux matériaux utilisés ? Quelles seront les techniques de construction et les systèmes de chauffage/ventilations privilégiés ? Analyse des évolutions à venir dans la construction de maisons individuelles et de logements collectifs.
Avec 10 000 demandes de labels, l’association Promotelec dispose d’un échantillon grandeur nature des évolutions constatées dans les modèles et méthodes employées dans la construction de logement. Elle propose aujourd’hui son retour d’expérience pour éclairer les décideurs et permettre aux acteurs de se situer et de se préparer à appliquer efficacement la prochaine réglementation thermique 2012.
Maisons individuelles : à la recherche de la performance énergétique
Sans remettre en cause les systèmes constructifs, les tendances font apparaître la recherche d’une performance thermique plus fine. Ainsi les « parpaings » ont été remplacés par des briques ou blocs isolants, des blocs béton rectifiés, et l’utilisation du bois a été plus fréquente en 2010. La technique d’isolation par l’intérieur domine quant à elle, avec une recherche de matériaux plus performants à épaisseur identique.
En matière de performance thermique, les contraintes apparaissent plus fortes pour les petites surfaces. Promotelec utilise comme référence de calcul le coefficient Ubât exprimé en W/(m2.K) qui indique les déperditions thermiques d’un bâtiment par transmission à travers les parois et les baies (plus ce coefficient est faible, et plus la performance de la maison est grande). A travers ce coefficient, l’association a comparé sa valeur moyenne en fonction de la surface de la maison et constaté que la contrainte règlementaire de 50 kWhep/(m2.an) entraîne une exigence sur le bâti plus forte pour les petites maisons.
L’Ubât moyen évolue également en fonction du système de chauffage retenu. Il est le plus bas avec l’utilisation de solutions bois (0.33 W/(m2.K)) et de solutions thermodynamiques à compresseur électrique (0.34 W/(m2.K)). Pour le système de chauffage au gaz, la valeur moyenne de l’Ubât, plus grande, est de 0.35 W/(m2.K).
En comparant les systèmes de chauffage utilisés dans le cadre de la RT 2005 et ceux mis en oeuvre dans le cas du label Promotelec Performance niveaux HPE, THPE et BBC, l’association constate que l’utilisation de l’effet Joule direct disparaît au profit du gaz et de la pompe à chaleur à compresseur électrique. Pour la production d’eau chaude sanitaire, l’innovation produit du chauffe-eau thermodynamique émerge et permet un autre choix d’ENR que le solaire.
Logements collectifs : standardiser la qualité des bâtiments collectifs
En s’appuyant sur le coefficient Ubât, l’association Promotelec a mesuré que quelle que soit l’énergie de chauffage utilisée (bois, thermodynamique, effet Joule), le passage au BBC fait progresser la qualité des bâtiments collectifs. Côté ventilation, la solution principalement utilisée est la VMC hygroréglable de type B et la VMC double flux (avec échangeur statique). Côté chauffage, les logements collectifs labellisés BBC utilisent principalement le gaz et la boucle d’eau chaude. Pour la production d’eau chaude sanitaire, le chauffe-eau électrique à accumulation (fonctionnement de nuit) disparaît au profit des solutions gaz.

www.promotelec.com

Voir aussi

citadelle d'Arras

Programme de 94 logements au sein de la Citadelle d’Arras

C’est sur le site remarquable de l’ancienne Citadelle Vauban, classée Monument Historique et inscrite au …