Accueil >> Actualités >> Révolutionnaire : le CO2 recyclé dans des peintures et des colles !
carbone

Révolutionnaire : le CO2 recyclé dans des peintures et des colles !

L’une des principales causes de l’effet de serre, le dioxyde de carbone issu de la combustion des diverses énergies fossiles, est en passe de devenir une matière première pour la chimie ! Jusqu’à maintenant, la molécule de CO2 demandait trop d’énergie pour être transformée en «matière noble». Pour limiter les rejets, son inclusion dans des matières, en utilisant des produits pétroliers, ou son stockage souterrain semblaient être les principales solutions. Aujourd’hui, grâce aux recherches menées par une équipe du CEA/CNRS, une approche alternative est possible.
La voie proposée vise à incorporer des molécules de CO2 dans des matériaux grâce à une réaction qui repose sur une source d’énergie d’origine chimique. Dans leurs laboratoires, les chercheurs ont converti du CO2 en formamides, c’est-à-dire en molécules issues habituellement de la pétrochimie. Ces molécules sont à la base de la production de colles, de peintures ou encore de produits textiles. Cette méthode répond aux exigences de la chimie verte : elle s’effectue en une seule étape et l’utilisation d’un catalyseur permet à la réaction d’avoir lieu à basse température et à basse pression. De plus, le catalyseur utilisé par l’équipe du CEA/CNRS est purement organique, ce qui évite le recours à des matières métalliques toxiques et coûteuses, comme l’or, le platine ou le cobalt. Enfin, et grâce à ce procédé, la réaction peut s’effectuer sans solvant et limiter ainsi le rejet de déchets.
Cette nouvelle voie pour le recyclage du CO2 pourrait contribuer à résoudre le problème de la raréfaction des ressources pétrochimiques et à réduire les gaz à effet de serre. La réaction mise au point reposant actuellement sur une source d’énergie d’origine chimique, le prochain travail des chercheurs vise à réussir la conversion du CO2 à partir d’une source d’énergie électrique décarbonée, telle que l’énergie nucléaire ou photovoltaïque. Validé en laboratoire, ce procédé ouvre la voie à de nombreux développements technologiques et industriels, indispensables pour répondre aux contraintes économiques et écologiques auxquelles doivent faire face les sociétés industrialisées.
iramis.cea.fr/sis2m