Accueil >> Actualités >> La FFB demande la mise en place rapide des mesures annoncées par le Président de la République

La FFB demande la mise en place rapide des mesures annoncées par le Président de la République

Ce 21 juin, Didier Ridoret, président de la FFB, a rappelé lors d’une conférence de presse, le contexte négatif et la dégradation inéluctable du secteur du bâtiment. Il a souligné que les annonces faites, comme la cession de foncier à titre gratuit aux collectivités territoriales qui s’engageront à y bâtir du logement, la construction de 500.000 logements en moyenne par an sur le quinquennat, dont 150.000 logements sociaux ou encore la rénovation thermique de 600.000 logements par an, étaient parfaitement adaptées à la situation de crise quantitative. Indispensables pour amortir les effets néfastes d’un environnement économique dont la dégradation trouve son origine bien avant les élections, Didier Ridoret insiste sur la traduction rapide des annonces dans les faits. Il prend pour exemple le dispositif Scellier qui a mis dix-huit mois à faire sentir ses effets en termes d’activité pour les entreprises du bâtiment et estime que des mesures prises immédiatement ne se traduiront en chantiers effectifs, au mieux, que fin 2013 ! Il rappelle cependant que rien ne pourra être fait en faveur de l’investissement, dans le logement comme dans le non-résidentiel, sans une offre adaptée en matière de crédit. L’ensemble des acteurs de marché, ormis les HLM, se trouve aujourd’hui confronté à une raréfaction durable de l’accès au crédit. Causes conjoncturelle et structurelle se combinent et appellent à la mise en oeuvre de nouvelles formes de financement désintermédié. Il importe que de tels dispositifs de marché, qui existent dans presque tous les pays, assurent un accès aux PME et aux petites et moyennes collectivités territoriales. Le président de la FFB a également pointé la prolifération de pratiques qui relèvent du dumping, bafouant les règles sociales et fiscales en vigueur comme l’intervention d’entreprises étrangères en direct ou en sous-traitance, ou bien du recours à du pseudo-intérim. Pour limiter ces abus,il veut que soit développé le contrôle des entreprises étrangères intervenant en France et que la carte d’identification professionnelle délivrée par les caisses de congés payés soit rendue obligatoire pour toutes les personnes travaillant sur un chantier en France. Pour lutter contre ces pratiques délétères, la FFB vient de lancer une action d’envergure, comme celle qui a permis d’obtenir l’appui des forces de l’ordre pour combattre les vols sur les chantiers. Depuis le début de la semaine, les députés sont saisis sur cette question prioritaire de la lutte contre le dumping social.

Voir aussi

La FFB reçue par la nouvelle Secrétaire d’Etat en charge de l’Artisanat

Le Président de la Fédération Française du Bâtiment, Jacques CHANUT, et le Président du Conseil de l’artisanat de la FFB, Henry BRIN, ont été reçus, le 7 septembre, par la nouvelle Secrétaire d’Etat en charge de l’Artisanat, Martine PINVILLE. Ils ont alerté la Ministre sur l’extrême fragilité des 35...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.