Accueil >> Actualités >> BATIMAT 2017 – Smart Buildings Alliance for Smart Cities

BATIMAT 2017 – Smart Buildings Alliance for Smart Cities

Stéphane Miget reçoit François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique, et Emmanuel François, pour présenter les lauréats du concours Smart Buildings Alliance for Smart Cities.

Emmanuel François, président de Smart Buildings Alliance : « Smart Buildings Alliance for Smart Cities a plus de quatre ans. Le bâtiment entre dans le numérique, il est important d’accompagner les acteurs du bâtiment dans cette transition et de l’associer à la transition énergétique. SBA regroupe plus de 200 membres avec, comme particularité, une énorme transversalité. On a voulu associer tous les acteurs, du composant numérique au traitement de la donnée en passant par le monde de la construction et de l’installation. On place l’usager au centre du bâtiment et de la ville et on construit, autour de ça, l’écosystème pour bâtir le bâtiment et la ville de demain. À partir du moment où le bâtiment est connecté et communicant, le bâtiment devient une plateforme de services pluriels multi-usages. Il est important de porter une garantie, un cadre de confiance pour que tout investisseur ait confiance dans le bâtiment qu’il achète ou dans lequel il vit. Ready to Service est le fait de bâtir un cadre de référence qui soit la ligne directrice pour les bâtiments, plateformes de service durable, évolutif et pérenne. L’usager doit être au centre du bâtiment et doit toujours avoir le dernier mot. Mais on ne doit pas lui demander en permanence ce qu’il doit faire ou non pour piloter son bâtiment. »

Alexandre Chaverot, président de Smart Home : « Aujourd’hui, la technologie permet de communiquer. Smart Home est une société française. Nous œuvrons essentiellement dans le domaine de l’électronique. Nous sommes présents à Batimat avec notre société Vestapro, distributeur à valeur ajoutée sur le smart auprès des professionnels. Nous accompagnons les clients dans tout le process d’installation et de compréhension de l’offre. Parmi nos clients, nous avons des installateurs en domotique, des électriciens et des intégrateurs que l’on accompagne directement sur site. Il y a également toute une partie back office au cas où il y ait des informations spécifiques à obtenir sur le lieu de l’installation. Nous allons trouver les pépites en termes d’entreprises qui développent les objets communicants de demain. Notre métier est d’avoir l’offre pertinente au bon moment. Nous nous appuyons sur un site web sur lequel le client installateur va avoir l’ensemble des informations sur ses commandes. On a la possibilité via Ubiant de récupérer la maquette 3D d’un bâtiment à travers notre plateforme numérique. Ce qui va nous permettre de savoir quel objet va dans quelle pièce. On essaye de faciliter le travail de l’installateur. Pour que le bâtiment Ready to Service existe, il faut aussi que la filière soit organisée. Notre ambition est également d’être un de ces acteurs. »

François Demares, VP innovation et marketing, Ubiant : « L’enjeu est de proposer des systèmes ouverts et communicants, des objets communicants et interopérables et des couches applicatives qui peuvent échanger entre elles pour permettre le développement d’une multitude de services. Ubiant est une start-up qui a cinq ans. Notre cœur de métier, c’est le logiciel et, plus particulièrement, l’intelligence artificielle. Nous avons structuré deux plateformes. Une qui nous permet de numériser les bâtiments résidentiels ou tertiaires, et une deuxième plateforme, QuickMove, qui permet de numériser les objets et de les rendre unique en lui injectant un tag NFC. Pour apporter des services, il s’agit de prendre un objet et de le lire sur son téléphone muni d’un lecteur NFC sans aucune programmation. À l’inverse, demain, nous proposerons dans notre application des listes de services grisés que l’usager pourra choisir. En préambule, nous réconcilions le monde de l’IoT et tous les objets capteurs ou actionneurs du monde du bâtiment. L’intelligence artificielle nous permet de transformer l’ajout d’un objet en service. L’utilisateur peut également déléguer la gestion de son logement à l’intelligence artificielle avec un mode automatique. La finalité est d’injecter un objectif ambitieux et idéaliste pour permettre de diminuer les consommations d’énergie. Avec Vestapro, nous travaillons sur l’intégration de l’ensemble de leur gamme de produits à notre banque d’objets QuickMove pour que nos clients puissent avoir recours à une multitude d’objets. L’enjeu, au-delà du logement, est de rassembler et de fédérer des groupes de logements. « 

Voir aussi

BATIMAT 2017 – Bim et exploitation

Benoît Vervandier, directeur général Archimen, Éric Lebègue, responsable des partenariats à la direction des technologies …