Accueil >> Actualités >> Angers reçoit le Prix de l’’Urbanisme durable

Angers reçoit le Prix de l’’Urbanisme durable

La Ville d’Angers vient de se voir décerner le Prix de l’urbanisme durable, doté de 100 000 euros, par Pierre Sallenave, directeur général de l’ANRU et François Grether, architecte-urbaniste et co-président du jury de l’appel à projet. À Angers, le juste équilibre entre développement et qualité de vie transparaît fortement dans les paysages urbains. Il fonde en partie l’action municipale, qui a pour principal objectid de réunir la ville et de pérenniser sa cohésion sociale et économique, dans une démarche de développement durable. Angers a ressenti très tôt le besoin de mettre en cohérence ses actions dans les domaines économique et environnemental ainsi que dans ses rapports avec les habitants. Angers et le développement durable ont donc naturellement une longue histoire commune… Dès 1992, la ville adopte une charte pour l’écologie urbaine, puis adhère, en 1996, à la Charte d’Aalborg, charte européenne des villes durables. En 1999, la collectivité lance le projet « Angers – Ville Durable » et la même année s’associe à l’ADEME. Reconnue pour son engagement et ses réalisations, Angers fait office de pionnier et de référence parmi les villes engagées dans ce type de démarche. La Ville est récompensée au niveau national à plusieurs reprises. En 2002, elle reçoit le premier prix spécial collectivités territoriales dans le cadre du festival Fimbacte (Festival des acteurs de la construction et de l’environnement) pour la mise en ligne du projet « Angers-Ville durable » sur son site Internet, le Trophée Eco-Maires et les Rubans du Développement Durable pour la mise en place de son Agenda 21. Elle organise les rencontres nationales du développement durable « RIO+10, l’après Johannesburg » qui seront un succès (100 intervenants et plus de 1000 participants) et donneront lieu à la création de l’Observatoire européen des bonnes pratiques qui a pour mission de recenser des actions innovantes, de promouvoir les bonnes pratiques, de tisser un réseau d’échanges et de savoirs au service des collectivités locales, moteurs du développement durable.